Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Escapades coutelières

Voyage autour du monde à la découverte de couteaux d'ici et d'ailleurs

N690 / X105CrCoMo18-2

La robustesse du N690 au service du "Join The Navy" de Böker, un couteau de survie réalisé en hommage aux marines américains qui ont risqué leur vie sur les plages du débarquement.

La robustesse du N690 au service du "Join The Navy" de Böker, un couteau de survie réalisé en hommage aux marines américains qui ont risqué leur vie sur les plages du débarquement.

Catégorie

Les valeurs sûres

Première apparition

198*

Composition
Carbone 1.08%
Chrome 17.3%
Molybdène 1.1%
Vanadium 0.1%
Coblat 1.5%
Manganèse 0.4%
Silicium 0.4%
Micrographe
Le N690 sous le microscope du dr Larrin Thomas

Le N690 sous le microscope du dr Larrin Thomas

Le micrographe ci-dessus provient du blog de Larrin Thomas: Knife Steel Nerds

Propriétés
Dureté usuelle 60 HRC
Résilience(1) 2/5
Mordant du fil(2) 4/5
Tenue du tranchant(1) 2.5/5
Facilité d'affûtage(2) 4/5
Résistance à la corrosion(1) 4/5

(1) D'après les mesures expérimentales de Knife Steel Nerds

(2) D'après mon expérience empirique, étant donné les géométries de lame à ma disposition

Présentation

Souvent comparé au VG10 avec qui il partage une composition chimique similaire, cet acier de l'entreprise autrichienne Böhler se distingue de leur ancêtre commun 440C par la présence notable de vanadium et de cobalt, des composants qui améliorent la dureté, la résistance à l'usure, et contribuent à réduire la taille des carbures formés lors de son traitement thermique (sans toutefois rivaliser avec les produits de la métallurgie de poudres). Il en résulte un alliage plus dur (pouvant atteindre 64 HRC selon son traitement thermique), doté en principe d'une meilleure résilience, qui se prête moins difficilement au jeu du polissage et dont le tranchant tient théoriquement plus longtemps.

En pratique, j'avoue ne pas utiliser mes couteaux d'une manière qui mette en évidence une différence notable dans la tenue du tranchant entre ces trois aciers. Ce qui est certain en revanche, c'est qu'à effort d'affûtage comparable, N690 et VG10 permettent tous deux d'obtenir un fil plus mordant sur mes couteaux faits de ces alliages que sur ceux de ma collection réalisés en 440C ou encore en X90CrMoV18.

Et si cela me demande plus de temps qu'avec mes lames en 12C27 ou 14C28N, deux aciers que l'on peut transformer en véritables rasoirs avec une facilité déconcertante, le résultat est tout à fait comparable: ma lame en N690 a beau avoir un profil de barre à mine, elle donne littéralement la sensation d'aimanter les poils de l'avant-bras sur lequel on le passe.

Ce mordant remarquable ne dure, hélas, pas aussi longtemps que sur les aciers au vanadium qui présentent toutefois l'inconvénient d'être plus difficiles à affûter.

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :